Beyrouth, Liban – 19 novembre 2020. Deux ouvriers du bâtiment travaillant à l’intérieur de l’église de Karantina. La reconstruction de cette partie chrétienne du quartier de Karantina est organisée par l’ONG « Offre Joie » qui rassemble aussi bien des ouvriers du BTP payés, (migrants et libanais), que des volontaires (libanais et français en grande majorité) sur ses chantiers.

La double explosion du 4 août a décimé le quartier de Karantina, à l’est du port de la capitale libanaise. Ce quartier populaire à usage résidentiel, commercial et semi-industriel se trouve parmi les plus affectés. Historiquement, il accueillait les malades qui entraient dans le port libanais au milieu du XVIe siècle. Aujourd’hui, ses habitants sont démunis. Nombreux sont ceux qui ont perdu des proches, qui ont été blessés, ou qui ont vu leur maison détruite.

Article à retrouver en intégralité sur Libération.