…de culpabiliser les victimes de chantage aux « sextos »

Le message, publié par la compte officiel de la police nationale ce samedi 6 mars, a été rapidement supprimé.

Face aux réactions de nombreux internautes, le compte Twitter officiel de la police nationale a supprimé son message moins de deux heures après sa publication.

Article à retrouver en intégralité sur L’OBS.