…dans «l’espionnage vert»

Le bâtiment du MI6, les services secrets britanniques, à Londres en 2015. (Matt Dunham/AP)

Alors que plusieurs pays multiplient les engagements pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, le renseignement britannique compte bien vérifier si les plus gros pollueurs du monde tiennent parole.

Article à retrouver sur Libération